J’ai donné mes premiers ateliers !

 

Figurez-vous qu’il y a une semaine, je me suis dit que ça faisait longtemps que je n’avais plus poster d’encouragements sur mon blog, and look at this, une semaine après j’ai eu une inspiration 😊

Comme l’indique le titre de cet article, il y a quelques jours, samedi 29 février 2020, j’ai donné mes premiers ateliers : Mode et Photo. C’est vrai que pour certains ça pourrait paraitre banal mais je suis sûre qu’au travers de cet article, quiconque parviendra à s’identifier. Car peut-être que pour moi il s’agissait de donner un premier atelier, mais peut-être que pour toi il s’agit de commencer un projet que tu as en tête, lancer ton propre business ? Ou peut-être que tu chantes et qu’on t’as invité pour la première fois à faire un lead en public ou que tu es photographe ou vidéaste amateur et puis qu’on t’a appelé pour une prestation rémunérée ?

Toutes des situations de « première fois » où dans ta tête c’est la java ! Mais peut-être que pour toi qui me lis, tu es déjà expérimenté, alors dans ce cas, je t’invite juste à te rappeler tes débuts, la première fois que…

Ceux qui me connaissent et me suivent depuis 2-3 ans, savent que j’aime la mode, m’habiller et faire des photos, mais aussi que j’aime les réseaux sociaux et que j’ai l’œil et le mindset d’une blogueuse avant même d’en avoir eu le titre. Là où je veux en venir c’est que toutes ces choses, je les ai toujours faite par pure passion et sans plus et même si en créant mon blog, je savais que j’allais y donner des conseils de mode, ce n’était pas la même chose que de se tenir devant des gens qui se sont déplacés pour vous écouter.

Et donc au moment où j’ai reçu l’invitation à donner ces ateliers (c’était en octobre 2019, quelques semaines après la sortie de mon blog), j’étais assez surprise mais j’ai accepté parce que je savais que c’était un défi à réaliser (cfr mon article sur mes 10 résolutions) et que si je disais non, ça aurait été uniquement par « peur ».

Et donc ce jour-là, peut être que celle qui m’a invité a entendu « oui, merci beaucoup d’avoir pensé à moi » de ma bouche mais dans ma tête ça résonnait « AH BON ? MOI ?»  et en réalité je crois que ces deux exclamations sont restées dans ma tête jusqu’à quelques semaines avant l’évènement.

Vous voyez cette phase où vos pensées vous mènent à vous dire que vous n’avez rien d’exceptionnel, cette phase où vos pensées vous mènent à diminuer vos dons et talents, et qui d’un seul coup vous paraissent banals voir même nuls ? Et bien c’était exactement dans cette phase là que j’étais, et sans m’en rendre compte. Je l’ai réalisé bien plus tard, quand j’ai observé ma manière de penser et d’en parler. Et c’est le moment où je me suis repentis, car c’était vraiment comme avoir minimisé tout le potentiel que Dieu avait mis en moi et qu’Il voulait voir être déployé.

Ensuite, la phase « préparation »: « QUE VAIS-JE LEUR DIRE ? », « VONT-ILS VRAIMENT APPRENDRE QUELQUE CHOSE ? » La phase où vous vous demandez si ce que vous allez présenter va porter du fruit ou pas, si les gens vont être touchés ou pas. Et dans cette phase, autant vous ne pouvez pas vraiment savoir si les gens vont être touchés, autant vous êtes amenés à apprendre à croire en votre potentiel, à croire que si vous en êtes là et que vous vous apprêtez à faire cette chose, c’est qu’il y a quelque chose en vous qui doit sortir et être libéré. Et si vous êtes chrétiens, vous savez comme moi que ce que Dieu a mit en vous n’est pas anodin et qu’Il va s’en servir pour toucher les autres. C’est ce qui vous permet alors de lâcher prise sur le « est-ce que les gens vont être touchés ou pas ? ». Et je vous assure qu’après avoir préparé mes ateliers, dont les contenus n’étaient rien d’autres que ce que j’ai appliqué dans ma vie, j’étais positivement étonnée de moi-même!

Puis au moment où vous vous apprêtez à faire ce que vous avez à faire, c’est là que la bataille des pensées s’intensifie et que vous devez sélectionner les bonnes ! Et about that, j’étais pleinement consciente d’être en plein combat de penser et que le résultat de ce que j’allais faire dépendait des pensées que j’allais accepter. J’étais consciente que: TOUT EST DANS LA TÊTE !

Et donc arrivée au Jour-J et au moment de donner les ateliers, je réalisais que « this is it », j’analysais tout, les participants etc, et là c’est 1000 voix parcouraient ma tête et les plus fortes étaient vraiment de savoir si ces ateliers allaient servir, si tout ça allait porter du fruit etc, que je n’étais peut-être pas prête mais bizarrement c’est comme si ces pensées n’arrivaient pas à me faire paniquer et puis comme quelqu’un l’a si bien dit « La voix la plus forte n’est pas forcément la voix à écouter ». « Battle of the voices » – Ps Juan Mejias.

Et donc la voix que j’ai choisi d’écouter était celle qui me disait « Just do it » et je me disais « Seigneur, si t’as permis que je sois là et que je le fasse, c’est que tu sais mieux que moi pourquoi, et les effets que ça aura ». Et donc je l’ai juste fait.

Je passe le déroulé, les réactions etc, et je termine avec la phase du « après » car c’est une phase tout aussi importante et avec encore plus de voix, entre celles qui te disent, « WAW t’as vu, tu l’as fait !! » et celles qui te disent « t’emballe pas c’était pas grand-chose, c’est pas comme si tu avais marché sur la lune ». Et là encore une fois il s’agit de choisir les bonnes pensées.

Et pour mon cas, c’est vrai que c’est peut-être deux premiers ateliers devant un public restreint, mais j’ai choisi de de ne pas faire comme si c’était « rien », je choisi de ne pas attendre d’être à une conférence devant des centaines de personnes pour manifester ma reconnaissance et considérer mon potentiel.

Alors pour toi, ce n’est peut-être pas à Bercy que tu as leadé aujourd’hui, ton business n’a peut-être pas encore la renommée de celui de Steve Jobs, ce n’est peut-être pas Naomi Campbell que tu as photographié ou un film de DC Comics que tu as réalisé, mais ne diminue pas ce que tu as déjà accompli, bien au contraire, sois en fier !

D’ailleurs, je connais un livre tellement puissant qui recommande de ne pas minimiser ses faibles commencements, et qui dit même, que si quelqu’un a minimisé tes faibles commencements, il aurait du se réjouir car ce que Dieu a commencé à faire dans ta vie, va être un chef d’œuvre magnifique !

Donc j’aimerais juste t’inviter, toi qui me lis,

  1. Et qui n’a rien commencé par peur et par doute, à croire en toi-même et au potentiel que Dieu a mis en toi ! Il y a des gens qui doivent être bénis par ce qu’il y a en toi ;
  2. Et qui es déjà en chemin, à regarder tes commencements, à en être reconnaissants et à rêver plus grand. Et je rajouterai même ceci : N’attends pas d’être acclamé pour t’acclamer.
  3. Et qui es déjà expert, regarde en arrière, manifeste de la reconnaissance pour le chemin parcouru et go forward, the best is yet to come !

Beaucoup d’amour,

The Christianista

 

Leave a Comment